Une vie entre deux océans - M.L STEDMAN

VIELibéré de l’horreur des tranchées où il a combattu, Tom Sherbourne, de retour en Australie, devient gardien de phare sur l’île de Janus, une île sur les Lights, sauvage et reculée.  À l’abri du tumulte du monde, il coule des jours heureux avec sa femme Isabel ; un bonheur peu à peu contrarié par l’impossibilité d’avoir un enfant. Jusqu’à ce jour d’avril où un dinghy vient s’abîmer sur le rivage, abritant à son bord le cadavre d’un homme et un bébé sain et sauf. Isabel demande à Tom d’ignorer le règlement, de ne pas signaler "l’incident" et de garder avec eux l’enfant.

L'habit ne fait pas le moine, et 'Une vie entre deux océans' nous le prouve une fois de plus. N'êtes vous pas accord que si l'on cumule le titre  (enfin la libre traduction du titre original 'The light between oceans') l'illustration de la première de couverture et le résumé de la quatrième, on se dit :  'Ouhla, merci bien mais non merci, les romans à l'eau de rose, plein de bons sentiments et de pathos, très peu pour moi.' ?  Et bien grossière erreur les gars! J'ai fait confiance à ma bonne amie G. lorsqu'elle m'a dit que ce roman valait le coup, et c'est une très belle découverte.

Peut-on survivre aux horreurs de la guerre, à la perte d'un enfant ou d'un être aimé ? Est-il possible de museler sa conscience pour assurer le bonheur de ceux qu'on chéri en dépit de la morale ? Comment pardonner l'impardonnable ? Occulter ce qui ne peut l'être ? Voici les questions que nous pose ce roman, sans lourdeur, sans jugement, sans pathos. A n'en pas douter  ML Stedman  aime les Hommes et leurs faiblesses et grâce à une tension dramatique parfaitement maîtrisée (et c'est un premier roman!) elle nous plonge corps et âme dans ce terrible cas de conscience auquel on espère ne jamais être confronté (en même temps peu de chance que cela nous arrive... j'habite même pas près de la mer). Que ferais-je à la place des personnages ? C'est une question qui m'a suivi tout le long de ma lecture, question à laquelle  je serais bien en mal de répondre.

Bref un roman poignant, en aucun cas larmoyant, que je vous recommande chaudement.

Une vie entre deux océans - M.L STEDMAN - 521 pages - Le livre de poche.