clubLe Club des Incorrigibles optimistes - Jean Michel Guenassia

Début des années 60, Michel à 12 ans, il partage son temps libre entre la lecture, le Rock'n'roll et les parties de baby-foot effrénées. Un jour alors qu'il traîne au Balto, bistro parisien où il a ses habitudes, Michel décide d'aller  voir ce qu'il se passe dans l'arrière salle. Quelle ne fut pas sa stupeur de tomber nez à nez avec Sartre et Kessel dans ce 'club d'échecs' où se retrouvent une poignée d'hommes qui ont fui la Pologne, la Roumanie ou la Russie pour sauver leur peau durant la Guerre Froide. Michel va alors découvrir des hommes hors du commun, hors de sa réalité et apprendre la vie.

Le Club des Incorrigibles Optimistes nous promène avec délectation dans une France Gaulliste où le rock'n'roll, la Nouvelle Vague et la volonté de liberté prennent leur essor. C'est un très bon roman qui mêle à merveille, l'histoire du jeune Michel Marini et l'Histoire. On découvre la vie pas toujours tranquille (des disputes familiales incessantes, un frère déserteur, une histoire d'amour contrariée) d'un adolescent sur fond de Guerre d'Algérie et de Guerre Froide. Jean Michel Guenassia prend son temps pour mettre en place le décor, le contexte et pour nous présenter les personnages de cette chronique douce amère. On découvre les vies regrettées, avortées d'Igor, Sacha et autres Léonide, personnages hauts en couleurs, qui restent envers et contre tout des 'incorrigibles optimistes'.

A la lecture ce  roman, je retiens une chose : comme j'envie Michel! Qui n'aurait pas aimé apprendre la vie, la vraie, au contact des ces joueurs d'échecs émérites, philosophes à leurs heures, avec un vécu bien loin de nos vies qui d'un seul coup nous semblent sans aspérité ?

 

"Mû par ma curiosité, j'ai écarté le rideau. Une main malhabile avait inscrit sur la porte : "Club des Incorrigibles Optimistes". Le coeur battant, j'ai avancé avec précaution. J'ai eu la plus grande surprise de ma vie. J'ai pénétré dans un club d'échecs. Une dizaine d'hommes jouaient absorbés. Une demi-douzaine suivaient les parties assis ou debout. D'autres bavardaient à voix basse. [...]. La surprise ce n'était le club d'échecs. C'était de voir Jean-Paul Sartre et Joseph Kessel jouer ensemble dans l'arrière-salle enfumée de ce bistrot populaire. Je les connaissais par la télé. C'étaient des gens célèbres. J'étais fasciné."

 

Le Club des Incorrigibles Optimiste - Jean Michel Guenassia - 730 pages - Le Livre de Poche